On ne change jamais, on met juste les costumes d’autres sur soi. Cette phrase, Valerie Lemercier l’a faite sienne avec son nouveau long-metrage, Aline, enfin en salles votre 10 novembre 2021 apres une longue annee de suspens pour cause

On ne change jamais, on met juste les costumes d’autres sur soi. Cette phrase, Valerie Lemercier l’a faite sienne avec son nouveau long-metrage, Aline, enfin en salles votre 10 novembre 2021 apres une longue annee de suspens pour cause

Film dont elle assure sa mise en scene, l’ecriture et l’interpretation principale.

Ici, «Valerie» est «Aline», autrement dit, un sosie de Celine (Dion), dans votre faux biopic experimental d’la diva quebecoise.

Tubes, costumes, performances a corps perdu, yeux doux envers Rene : tout Celine recommence, incarne avec une actrice entierement dediee a ce projet legerement fou — donner l’illusion d’etre Celine, sans grande ressemblance vocale et physique. Aline deconcerte, rejouit, emeut : bref, Aline reste a l’image de Celine.

Et ces sensations contradictoires nous rappellent a quel point notre relation a l’interprete de afin que tu m’aimes bien reste singuliere. Car Celine Dion n’est jamais la plus engagee Plusieurs chanteuses, ni la plus transgressive des artistes feminines. On a deja connu icone plus revolutionnaire et feministe. Et pourtant, elle inspire i  nouveau les jeunes generations eveillees.

Des fans qui sont au passage venues nous parler.

«Une incroyable sororite»

Car par-dela des fi?tes karaoke, peut-on vraiment employer 1 lexique feministe Afin de aborder Celine Dion, la seule et unique ? Marion le crois. A 30 ans, cette admiratrice de Veronique Sanson ne craint pas de rapprocher l’autrice de Besoin de personne et la voix lyrique du Titanic. «Ce qui les unit, c’est ce groove fou, votre sens du rythme, ainsi, votre bonheur qu’on a a chanter leurs chansons», assure-t-elle. Sur scene, Divers elans vocaux de Celine ne semblent d’ailleurs gui?re sans rappeler ceux de «Vero», femme libre et spleenetique.

Comme beaucoup, Marion a decouvert Celine grace a my Heart Will Go On. En 1997, la chanteuse inonde le monde de fastflirting comment ca marche le «Once mooooore, you open the doooooor», aussi marquant que le couple Leo/Kate. Mais la Quebecoise n’a jamais attendu Des specialistes Afin de conquerir des coeurs. H ans plus tot sortait le album «D’eux», ecrit et realise avec Jean-Jacques Goldman. On y degote afin que tu m’aimes encore, Destin, Les derniers seront des premiers, J’irais ou tu iras. Celine l’fait conquerante et melancolique.

Un disque de diamant bien merite. Et dont les chansons federent tel des hymnes. «chacune des filles, de 20 a 60 ans, ont ce point commun : elles entrent en transe des qu’elles entendent les premiers accords de Pour que tu m’aimes i  nouveau ou Destin», observe Marion. «Il y a tres peu de mecs fans de Celine, c’est quelque chose qu’on partage entre meufs. Et j’imagine que c’est la seule chanteuse qui peut rassembler des femmes aussi differentes que celles qui composent ces concerts», poursuit notre interlocutrice.

A savoir ? «Ca va des classes populaires du fin fond d’une Somme aux petites bourgeoises du 16e», affirme Marion. Avant de dire les termes : «N’ayons pas peur de mots, Celine suscite une incroyable sororite».

Kenza, 25 ans, abonde pour le sens. Malgre le jeune age, elle connait la chanteuse depuis un bout de moment deja — enceinte, sa mere ecoutait l’album D’eux en boucle. Dans sa vie, rares sont les fetes entre amies ou J’irai ou tu iras ne vient jamais envahir une playlist. Elle l’admet : » Mes chansons de Celine se transmettent de facon verticale (de mere en fille) et horizontale : je ne compte gui?re le nombre d’entre elles que j’ai decouvertes grace a des copines et vice-versa ! Ils font votre cote transgenerationnel».

«Une diva»

Cette transmission passe via l’experience du concert. Sur scene, Celine Dion valorise une philosophie «the show must go on» a J’ai Mylene Farmer — l’etrangete en moins. Son sens du spectacle recommence genereux — il suffit de voir une telle interpretation de All By Myself pour s’en convaincre. «Au-dela de sa technique vocale, j’ai trouve sa presence scenique dingue, on ne la quitte gui?re des yeux et elle se donne enormement», assure Kenza.

Emma, admiratrice de 21 annees, l’affirme idem : «si on va a ses concerts, on s’attend a 1 bon show. Un coup sur scene, elle emporte n’importe qui. Sans adorer ses albums, on peut se reconnai®tre : Celine Dion est une artiste a voir bien un coup dans sa vie», poursuit la jeune copine. Emma reste emblematique de bien des nouvelles fans une chanteuse. Elle est de la generation n’ayant pas frontalement connu le culte du trio Celine Dion / Whitney Houston / Mariah Carey en annees 90.

Comme le relate cet excellent documentaire enfile web concernant la plateforme d’Arte, ces trois chanteuses regnaient aussi sur le monde, mais synthetisaient egalement une certaine diabolisation des superstars feminines. Forcement capricieuses, orgueilleuses, voire incontrolables. Bref, des «divas».

20 annees apres, les mentalites ont evolue. Et le sexisme des tabloids parait plus evident. «Oui, Celine Dion va etre tres extravagante, dans la representation d’elle-meme et de sa vie, elle est en mesure de paraitre desagreable», suggere Emma, «mais c’est surtout qu’elle n’a jamais peur de devenir qui elle est, ainsi, ce malgre l’enervement qu’elle est en mesure de susciter, de avec son attitude, ses expressions faciales si particulieres, ses grands gestes. «.

Pour la petit cousine, «c’est fascinant de se dire que celui-ci y a des personnes qui n’ont jamais peur de devenir dans ‘l’accentuation’. En fait, Celine est liberee et a une personnalite tres affirmee». N’en deplaisent aux mufles. «On tape i  propos des jeunes filles quand elles se comportent en ‘divas’, mais n’importe quel mec superstar va, a l’inverse, etre percu comme un modele de reussite», decrypte Kenza. «alors, ils font une part de moi qui admire Celine car J’me dis : bah voila une meuf qui a reussi et qui n’a pas peur de le dire !», sourit-elle.

Ses live, tel le triomphe au Stade de France en 1999, suscitent une telle impression, synonyme de jubilation. Marion abonde : «Ce concert est l’un de les premiers souvenirs de Celine. Celui d’une showgirl de folie».